Et Pendant ce temps là …

Pendant que nos amis les gilets jaunes se préparent pour l’acte trois rêvant à la démission de notre bon Manu ClubPrez’, pendant que ca chauffe entre Tijuana et San Diego, pendant que Robert Marchand fêtait ses 107 printemps avec un tour de 15 bornes de vélo, pendant qu’à droite à gauche ca ne chôme pas niveau beaux projets, pendant que Roland de Roland The Bus Farm cherche à agrandir son équipe et pendant qu’au fond de nos jardins les dernières feuilles peinent à tenir la dragée haute aux bourrasques hivernales …

Et bien pendant ce temps là … Pendant ce temps là mes amis … Haut les cœurs car en cette fin Octobre (je sais que nous sommes fin Novembre ); en cette fin Octobre donc renaissait de ses cendres un Phœnix… Chromes et Flammes is back.

 

IMG_4257

Chromes et flammes, pour ceux qui nous rejoindraient aujourd’hui, était un mag’ papier mêlant couleur et noir et blanc qui sévissait à l’époque où je roulais moi même en Porsche 911 Turbo accompagné de mon copain de l’époque aka « Tigrou The Z ». A l’époque ma 911, vêtue d’une robe grise métal du plus bel effet était en  fait un modèle plastique à pédale et mon pote « Tigrou The Z » n’était autre que mon doudou préféré … On se détends, j’avais à peine 5 ans …

Ce magazine eighties traitait alors du custom ( tu sais celui avec un C majuscule ) au sens large du terme, oubliez Voodoo Larry, Gene Winfield, George Barris et consorts, oubliez les barbus tatoués aux ourlets de pantalons un peu trop soignés, (merde je suis barbu et mes pantalons ont des ourlets … ) le délire était tout autre. Je te parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, celui où les publicités vendant des jantes ressemblait aux pages soft de Playboy, celui où les pubs de clopes bordaient les circuits et faisaient partie du paysage des quatrième de couverture, celui des diggers ciselés jusqu’à la moelle (un jour j’en aurais un, réservoir cercueil, fourche chromée etc … ) et du Trike V12 d’un certain Patrice de Bruyne, rédac chef de Chromes et Flammes, entre autres. Une époque ou l’insouciance et la liberté faisait sortir des garages des créations à deux ou quatre roues (voir plus) complétement délirantes faisant fi des directives environnementales et de la restriction ambiante. Un monde qui m’a fait rêvé et dont je rêve encore, un monde sans doute un peu beauf au regard de certains et de ceux qui ne comprennent pas où plutôt qui ne veulent pas comprendre.

Bref en cette fin Octobre sortait des rotatives et renaissai de ses cendres le numéro 1 de Chromes et flammes devenu bimestriel. Ayant vu passé l’info via les réseaux sociaux (ca a du bon des fois quand même), je me demandais à quoi ressemblait ce nouveau tirage et qui se cachait derrière. Sur le coup je ne vais pas te mentir, j’ai un peu halluciné, une couv’ tellement eighties comme plus jamais personne n’aura l’audace de la faire (préférant le combo parfait Barbus/tatouages/couchers de soleil), mais en feuilletant le magazine j’ai été fort déçu de la qualité et du choix des images. Ma curiosité plus forte que ma raison me poussa tout de même à lire une partie de l’édito, et je dois dire que j’ai carrément accroché au style border et quasi outrancier de l’auteur, ressortant du marchand de papier le numéro un de Chromes et Flammes sous le bras (ou alors c’est pour la bimbo en couverture me ramenant à des images de bikebuilders comme Arlen Ness … va savoir) . Le soir venu j’ai ressorti mes vieux numéros histoire de pouvoir comparer … Même style border et déjanté quoique comme les bons vins il s’est plutôt affiné avec le temps et même Redac’ chef… Ok le gars Patrice se fait un revival… Entre temps celui ci a passé ses nerfs et ses besoins d’écriture sur la toile en ouvrant une sorte de Chromes et Flammes Online que je ne peux que vivement te conseiller de visiter, sensibles et petites natures , s’abstenir.

Ce premier numéro me laisse tout de même sur ma faim, un petit goût de pas assez au coin de la bouche. Mais à l’heure des réseaux sociaux et du tout internet il fallait quand même les avoir bien accrochées pour ressortir un machin tout en papier à la couverture d’un autre temps. Reste à savoir ce que le garçon va nous proposer pour le numéro deux si numéro deux il y a…

Revenir au temps des bimbos, des chiens loups peints à l’aérographe, des rods sur base de Trac’bar, des maillots de bain eighties, de l’insouciance, des breaks VW dans un pur style chicanos et j’en passe… Back to Basics … Ca c’est fait.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :